L'ALBUM D'ELLEN KUTTEN


Ellen est une de mes meilleures amies, elle est de San Francisco mais adore Paris où elle a passé une bonne partie de son temps entre 1976 et 1985.


Ellen Kutten 1977


Alexander Whitelaw (Sandy) &
Marie Christine, 1979 (San Francisco)

 

 

 


Jean Eustache, photographié par Rosine Young sur la mer de Chine. Son film "Mes petites amoureuses" fut présenté au 1er festival international du Film de Hong-Kong en Juin 1977.


Sandy Whitelaw Paris 1978.
Il a réalisé Lifespan avec Klaus Kinski et Tina Aumont


Barbet Schroeder (1978).
Célèbre réalisateur.
(More, La vallée, Maîtresse...)
Marié à Bulle Ogier


Michael Margotta

 


Catherine Sherwood 
(1979)  (Sames, Sud de la France)


Marta Meszaros & Francoise Aubier

 


Pascal Aubier & Otar Ioselliani, réalisateur georgien


Bernard Bacos ( = moi) jouant les BHL, 1977


Rosine Young Paris 1977. Actrice


Catherine Faux, Summer 1977
Hotel du Danemark, rue Vavin

 


Elisabeth Lenchener (Citroën) &
Ellen Kutten Summer Paris 1978

 

Rosine YoungMerci pour cet hommage qui m'a renvoyée à mon époque "Raspail" : la Coupole, La Closerie, Jean E.... les nuits dans les petits matins, les fleurs, Keith Jarrett dans le jardin, Jean-Louis Jorge("Frisson d'Amour")... Il faudra aussi parler de Frédéric Mitterrand et de tout le beau travail qu'il fit à L'Olympic Entrepôt en programmant les films de Cinéma (..d'auteur, dit"indépendant"). Le film que je tournai avec J.H.Meunier en 1976 y fut programmé en 77, ce qui me valut une carte d'invitée permanente à l'Olympic : c'est-là que je fis mes classes avec les premiers Wenders, Cassavettes, Fassbinder, Schroeter, etc., alors que pour Jean E. ce fut bien avant moi, à la Cinémathèque. Aujourd'hui, je me suis rattrappée, grâce à Jean-Max Causse et ses programmations de grands Classiques dans ses salles "Action"...je me régale. J'y suis aussi "invitée permanente" et ma carte est renouvelée chaque année, à l'occasion de mon anniversaire -qui est aussi le jour de la Saint-Sylvestre-. Cela aurait bien plu à Jean E. de me voir assidue à la découverte de ces films-là : lui qui revenait souvent, sur son magnétoscope à la séquence du bal de "la veuve joyeuse de Lubitsch" -dont le cadre s'élargissait dans la profondeur des miroirs-... j'eus aussi droit, certains matins, à des réveils avec... "Docteur Mabuse" de Fritz Lang. Jean avait beaucoup d'humour et il adorait le cinéma. J'habitais à 50 mètres de La Coupole, j'y retrouvais régulièrement Pierre Clémenti, ange-prince élégant dont le seul sourire était "hommage" à votre personne, souvent accompagné de Jean-Pierre Kalfon, tout lunetté-papillon, culotté-satin framboise, magnifique. Jean-Pierre Léaud arrivait tard en général, il faisait son grand tour, puis s'assayait à une table ou à la mienne. Il m'a toujours fascinée par son tourment, sa coupe de cheveux toute droite sortie des "Anges du Faubourg", une mèche longue tombant sur son front bien avant l'heure de la mode, et son goût immodéré pour la "Chartreuse" (par égard au Silence et à la Vérité qu'il allait rechercher dans certain monastère ?...) Jean-Pierre habitait tout près de chez moi. Un matin de 1er Janvier j'ai surpris cet immense acteur, chez lui, à quatre pattes entrain de laver le sol avec une serpillière, je me souviens de son visage plein de lumière. Jean E. n'aimait pas me voir avec Jean-Pierre, je n'ai jamais su pourquoi ça le contrariait tant... De cette époque me reviennent Caroline Loëb qui m'avait présenté Paloma Picasso, à sa demande, au Café de Flore : elle appréciait mes petits sketches qui passaient à la télévision le samedi soir : "...Vous êtes la seule personne qui me fasse vraiment rigoler!". Plus tard, son mari s'est vexé car je n'ai pas accepté d'emblée un rôle qu'il me proposait dans une comédie musicale montée par eux. Pourtant, je me souviens qu'un soir Caroline est venue chez moi, à Raspail, avec Paloma qui avait apporté un magnum de champagne... Bernadette Lafont me fit aussi l'honneur de sa visite, ce soir-là, elle était accompagnée de Pierre Edelmann, elle portait une robe verte-jade, et je lui ai prêté Mes jades... Bernadette, si jamais tu visites ce site : rends-moi mes jades !... C'est vrai que mes années "Raspail" restent le meilleur souvenir(s) de ma vie. Quelques années après avoir déménagé, j'ai téléphoné à mon ancien propriétaire pour lui demander si l'appartement était libre... Mes amis trouvaient cela normal... que je veuille rentrer à la maison... L'appartement était loué à une famille libanaise, le prix avait augmenté, les voisins se plaignaient du bruit que faisaient les gamins dans leurs jeux... Je pleurai. "Pourquoi teniez-vous tant à réintégrer cet appartement ? Vous y avez des Souvenirs Heureux ?"...



ROSINE YOUNG, le 20/04/2002 rosineyoung.com/